Accueil

Editorial

PLU du Rousset: Le CDPN perd en appel
Le couperet est tombé: le 11 juillet 2019, la Cour administrative d’appel de Lyon a rejeté la requête du Comité départemental de protection de la nature (CDPN) demandant l’annulation du jugement du Tribunal administratif de Dijon du 17 juillet 2018 validant le PLU de la commune du Rousset (71).
 
Pierre & Vacances semble donc avoir le champ libre pour déposer les demandes d’autorisations nécessaires au projet de Center parcs mais devra attendre encore deux mois pour s’en assurer, délai durant lequel le CDPN peut jouer sa dernière carte: un pourvoi en cassation auprès du Conseil d’État. Mais c’est peu probable. Préparons-nous donc à une rentrée mouvementée.
 
L’arrêt de la Cour d’appel ne nous a toujours pas été communiqué mais d’après une source sûre, il reprendrait à son compte les mêmes arguments évoqués par le Tribunal administratif de Dijon, à savoir, entre autres, que « la forêt du Rousset présente un intérêt limité du fait de son caractère fortement résineux » et que « le PLU n’engendre pas, par lui-même, des risques de dégradation de l’état de conservation du site Natura 2000 », une appréciation erronée puisque le Règlement du PLU n’impose aucune restriction sur l’usage du site par les clients du Center parcs, potentiellement 2400 visiteurs piétinant et polluant chaque jour les abords de l’étang du Rousset, habitat fragile de la cistude d’Europe, une espèce menacée.
 

Même si le PLU, « par lui-même », n’engendre pas de risques de dégradation du site Natura 2000, le projet, « par lui-même », le fera et nul doute que la question sera à nouveau posée durant l’enquête publique et dans les recours qui suivront. Et comment peut on affirmer qu’une forêt, quelle qu’elle soit, a un intérêt limité alors qu’elle représente un puits de carbone non négligeable, qu’elle est une source d’énergie renouvelable et de matériaux de construction, alors que tous les dix ans l’équivalent d’un département est urbanisé et que de plus en plus de collectivités s’engagent dans une démarche Zéro artificialisation nette? On dit la justice aveugle; il ne fait aucun doute qu’elle est sourde. 

 
Autre actualité brûlante: le projet d’extension du Center parcs des Bois-Francs, dans l’Eure. Et c’est encore un volatile qui vient mettre les pieds dans le plat: le Pic Vert des Bois-Francs, un oiseau plein d’énergie et obstiné, comme son cousin le Pic Noir. L’enquête publique est en cours, jusqu’au 6 août (voir le dossier à http://www.inse27.fr/amenagement-du-territoire/enquetes-publiques/).
 
Soutenons Le Pic Vert des Bois-Francs – Contact: Aurélie Serry à picvertdesboisfrancs@gmail.com .
 
Preuve qu’ à Pierre & Vacances, c’est bien la pierre qui rapporte et pas les vacances: un article de Bloomberg, relayé par L’Écho, révèle que le groupe immobilier luxembourgeois Aroundtown rachète à Blackstone 7 Center parcs en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas pour 1 milliard d’euros. Et si vous n’êtes pas convaincu, lisez Le Monde qui, sous couvert d’un article sur l’investissement locatif ( » Les résidences touristiques, un patrimoine immobilier qui rapporte« ), fait la pub pour les futurs cottages à vendre au Center parcs Landes de Gascogne. Tandis que le lucratif programme de rénovation continue, cette fois au Center parcs de Sologne, avec  » des dizaines de millions investis « … par les propriétaires, le couteau sous la gorge. Et la bulle grossit, grossit, grossit… Même en Bretagne, où la compétition n’est pas en reste, rapporte l’hebdomadaire Le Pays Malouin.
 
Et pour faciliter le tout, une nouvelle loi relative aux autorisations d’urbanisme (Loi ELAN) rend encore plus difficile pour les associations d’engager des actions en justice, une entorse à la démocratie dénoncée par l’association Préservons le Bois Grignon dans « Défense de défendre l’environnement« .
 
Le chiffre du mois: 250. Oui, 250 mètres de haut pour les 5 éoliennes projetées à St-André-le-Désert, dans la forêt de la Grande Verrière, au cœur du Clunisois. Pour info, contacter l’Association de Sauvegarde de l’Environnement à Saint-André-le-Désert et en Clunysois (ASESADEC) à asesadec@gmail.com;
 
Enfin, un projet de route de camions sur la commune de Changy (71120) dans la vallée de l’Arconce est à l’étude. Les 3 tracés envisagés se trouvent en ZNIEFF, près du site de Montessus, à la confluence de l’Arconce et l’Ozolette, en secteur humide (mais la « zone humide » n’a pas été délimitée et ne figure pas sur le PLU, en cours d’élaboration). « Il s’agit d’un paysage de bocage, en cours de classement au patrimoine mondial de l’UNESCO comme berceau de la race charolaise. Sur cette zone, la faune, la flore et le paysage sont intacts depuis plus de 7 siècles, les prés étant consacrés à l’élevage depuis toujours, et le site étant resté dans la même famille depuis sa construction. C’est une sorte de « réserve naturelle » qui en a la caractéristique en terme de biodiversité, mais pas la protection… », nous explique Inès Franque, présidente de l’association des Amis du site de Montessus, formée récemment et déterminée à protéger ce secteur du « bétonnage »…Son objectif est d’obtenir un statut de protection plus favorable que la ZNIEFF.
Contact: amisdemontessus@gmail.com. Blog: http://lesamisdusitedemontessus.unblog.fr/
 
 
 
 
 

Les éditoriaux précédents