Historique

Historique

2005 

Après l’échec du Groupe Pierre et Vacances-Center Parcs (PV-CP) dans son projet d’implantation d’un Center Parcs (CP) à Chamboux, dans le Morvan (Côte d’Or) où le Groupe s’est heurté à une vive opposition, les élus bourguignons proposent à Pierre & Vacances (P&V) une liste de sites dès 2005. C’est ce que nous apprendrons par la voix de Michel Neugnot (vice-président au Conseil régional) 10 ans plus tard lors du débat de restitution de la Commission Nationale de Débat Public (CNDP) qui s’est déroulé le 4 septembre 2015, à Marizy.

 

2008 

Ce sera donc silencieusement que débute le projet d’implantation d’un Center parcs au cœur du bocage charolais, par la création, le 6 juillet 2008, de deux sociétés : SNC Le Rousset Equipements et SNC Le Rousset Cottages. Pierre & Vacances Développement SA est le gérant de ces 2 sociétés. C’est ainsi qu’entre en scène le Groupe Pierre et Vacances-Center Parcs (PV-CP), dans la plus grande discrétion, pour mettre en place un dispositif en vue de l’implantation d’un Center parcs au cœur d’une forêt de sapins, en bordure d’un bel étang de plus de 15 hectares.

26 septembre 2008 : à 150 kms de là, se déroule le même scénario à Poligny, dans le Jura.

 

2010

31 mai 2010: à Roybon (Isère), l’association Pour les Chambaran Sans Center Parcs (PCSCP) est créée après que les membres fondateurs se soient réunis régulièrement pendant 2 ans. L’association totalise aujourd’hui plus de 650 adhérents, tous ligués contre le projet de Center parcs qui a été lancé dès 2007 par P&V, avec le soutien des élus locaux.

 

2011 

Pas moins d’une cinquantaine de sites potentiels – dont celui de la forêt du Rousset – ont été proposés à PV-CP. C’est en juin 2011, que nous apprenons qu’une première liste de 17 sites était étudiée.

11 juillet 2011 : dans sa synthèse des sites non retenus, PV-CP exclue Le Rousset pour cause d’accès difficile. Mais d’autres critères tout aussi rédhibitoires entrent également en jeu : nous apprendrons dans le Dossier du Maître d’Ouvrage (DMO) que :

  • le site de Burnand/St Maurice des Champs/Vaux en Pré est non retenu car en ZNIEFF
  • le site de Varennes-le-Grand est non retenu car en zone Natura 2000
  • le site de Charolles est non retenu car en ZNIEFF
  • et celui de Salornay-sur-Guye non plus car en ZNIEFF et zones humides

…Or le site du Rousset, en plus d’être d’accès difficile, se trouve en ZNIEFF 2, en bordure d’une zone Natura 2000 et comporte des zones humides. C’est pourtant Le Rousset qui, en dépit d’un cumul de handicaps, sera l’ »heureux élu ».

NOTA : Nous pouvons relever que P&V avait arrêté son choix sur le Rousset bien longtemps auparavant : en témoigne la création des 2 sociétés citées ci-dessus dès 2008 !

 

2012 

28 septembre 2012 : ce choix est officialisé lors d’une session du Conseil départemental avec l’annonce d’un partenariat public « pour soutenir le projet ». Cent cinquante hectares de forêt seront nécessaires à la création du parc.

29 septembre 2012 : Sans tarder, afin de permettre la réalisation du projet, le Conseil Municipal du Rousset initie une procédure d’élaboration d’un PLU.

 

2013

31 janvier 2013 : le maire du Rousset, Jean-Paul Quétat, annonce dans le Journal de Saône-et-Loire (JSL) la conduite d’études de faisabilité techniques réalisées par l’Agence Technique Départementale pour la mise en place des réseaux gaz, eau, électricité, fibre optique.

Après les premières analyses essentiellement fondées sur des critères environnementaux, le Groupe établit un pré-diagnostic environnemental sur le site du Rousset en avril 2013.

19 décembre 2013 : en marge de l’Assemblée départementale, le président de Région François Patriat et le président du Département Rémi Chaintron annoncent, lors d’une conférence de presse, la création d’une Société d’Economie Mixte (SEM) qui « assurera la construction des équipements collectifs et consolidera l’équilibre de financement des différents investissements prévus pour l’implantation d’un Center parcs au Rousset ».

 

2014

11 janvier 2014 : le maire du Rousset déclare, dans ses vœux à la commune : « Aujourd’hui, les études sont terminées et le montage financier peut débuter ».

 22 janvier 2014 : le JSL révèle que le président du Conseil Général de Saône-et-Loire, Rémi Chaintron et celui de la Région Bourgogne, François Patriat, se sont rendus à Paris pour rencontrer Gérard Brémond, PDG du groupe Pierre & Vacances, et le convaincre que les 2 collectivités ont un dossier solide de partenariat à proposer, via une SEM.

Février 2014 : Pierre & Vacances présente son projet aux collectivités locales (Département et Région)

25 mars 2014: de même, à Poligny, est créée l’association Le Pic Noir qui se donne notamment comme objet de « collecter de l’information afin d’étudier les impacts de ce projet, et de mener une réflexion préalable un peu plus poussée et contradictoire dans le respect des règles démocratiques. »

25 avril 2014: annonce d’un projet de Center parcs en Lot-et-Garonne.

Mai 2014: Des habitants de la commune du Rousset alertent plusieurs associations locales et syndicats et, avec d’autres habitants de communes voisines, vont se constituer en collectif. Ainsi naît le collectif le Geai du Rousset. Pour communiquer avec l’administration, une association Pro-Geai du Rousset (sans center parc) est créée.

12 juin 2014 : le bureau d’études TOPOS présente le PLU aux élus du Rousset.

1 juillet 2014 : un protocole d’accord pour le développement d’un Center Parcs au Rousset, est conclu entre Bourgogne, Département de Saône-et-Loire et la société Pierre et Vacances-Center Parcs afin de déterminer les conditions dans lesquelles pourrait être réalisé le projet ainsi que les modalités du futur partenariat avec les collectivités territoriales. La création d’une SEM est au coeur du dispositif pour porter les investissements nécessaires : ainsi, les collectivités territoriales deviendraient actionnaires majoritaires  des équipements de loisirs qui seraient loués au Groupe Pierre et Vacances-Center Parcs. Pour cela, les collectivités s’engagent à mobiliser un apport de capital de 15 M€ auxquels viendraient s’ajouter des partenariats privés.

NOTA : Il faudra ajouter à ces 15 M€ le coût des VRD (voiries et réseaux divers) de 9,9 M€, selon le Conseil départemental – à quoi il faudra ajouter le coût de la formation du personnel et la promotion touristique.

25 novembre 2014 : P&V Développement saisit la Commission Nationale de Débat Public (CNDP). Un débat public avec une commission particulière de débat public (CPDP) se déroulera simultanément dans les départements du Jura et de Saône-et-Loire et débutera en avril 2015. Ces 2 projets de Center parcs ont leurs spécificités. Celui de Saône et Loire, « (…) bien que ne relevant pas de l’article L 121-8-II, présente des enjeux socio-économiques importants mais également des impacts environnementaux sensibles (accessibilité du site, espace forestier, zone humide,…. » peut-on lire dans un document de la CNDP.  Ce qui n’empêchera pas Rémi Chaintron, dans ses vœux à la commune, de rappeler que le site du Rousset n’est pas une zone humide (JSL du 7 janvier 2015), ce qui sera démenti ultérieurement.

 

2015

Mars 2015 : à un mois de l’ouverture des débats, à Poligny comme au Rousset, le DMO n’est toujours pas disponible ! En somme, le débat démarre sans le document indispensable à la connaissance du projet.

10 mars 2015: dans un rapport, le CESER Aquitaine émet de lourdes critiques contre le projet de Center parcs en Lot-et-Garonne

20 avril 2015 : ouverture du débat public par la Commission particulière de débat public (CPDP). Présentation par Pierre & Vacances.

Le débat public a fait l’objet, au sein du collectif, d’une réflexion concernant sa participation. L’expérience montrant qu’il ne fallait pas attendre grand-chose de cet exercice. Néanmoins, le collectif sera présent à chacun des débats et ateliers organisés et contribuera à la réflexion par des interventions très argumentées. (Voir Documents/Débat Public sur la page d’accueil). L’engagement, le travail que cela a demandé ont permis de très bien connaître le dossier, voire d’en devenir expert dans nombre de ses aspects. Un travail tout particulier, orienté sur les questions de financement, domaine où le collectif n’était pas attendu a fortement interpellé les élus et le staff de P&V. Mais de nombreuses questions relatives aux choix de société, d’utilisation de l’argent public, des enjeux climatiques et environnementaux, de la qualité des emplois proposés… ont été au cœur des débats.

Trois sessions en plénière et plusieurs ateliers thématiques organisés en Charollais et Clunisois ont, la plupart du temps, fait salle comble.

Bien des questions seront posées tout au long du débat public et des ateliers auxquels les associations, syndicats, EE-LV et de nombreux membres du collectif prendront une part active en tant qu’ardents opposants à ce projet de Center Parcs, face à une brochette d’élus, de représentants des chambres d’agriculture et du commerce – tous acquis aux mérites supposés de ce projet.

6 juin 2015: à la suite d’une réunion du Conseil municipal, les habitants du Rousset apprennent avec stupeur dans le JSL que, dans les questions diverses, a été abordée la fusion éventuelle de leur commune avec celle de Marizy. A Noireux, un hameau important du Rousset, les habitants se mobilisent massivement pour faire front contre cette fusion qui leur est imposée, sans consultation. Ils créent une association, l’ADIR (Association de Défense des Intérêts du Rousset).

12 juillet 2015: le Tour Alternatiba, qui a pour but de sensibiliser le public aux vraies alternatives au changement climatique dans la perspective de la COP 21, fait halte à l’étang du Rousset et est accueilli par le Geai du Rousset. Bel après-midi de festivités qui se poursuivent tard dans la nuit : concert de Fanfarosoir de Chalon-sur-Saône, récital de chansons des Oiseaux de Passage, etc.

Dans le bulletin municipal, Le Rousset Info N°15 annonce que l’étude d’un PLU (Plan Local d’Urbanisme), indispensable pour une commune qui prévoit d’accueillir de nombreux  nouveaux arrivants, avait été confiée au Cabinet TOPOS de Beaune et se trouve en voie de finalisation. Ce PLU sera consultable en mairie à partir de l’automne 2015.

18 août 2015 : annonce de la mise en consultation du nouveau projet de PLU en Mairie.

4 septembre 2015 : la CNDP  tient une dernière réunion générale de restitution : point sur la participation et les enseignements du débat ; premier bilan de ce que le maître d’ouvrage retient du débat.

Présence musclée des pro-Center Parcs à la réunion publique du 4 septembre à Marizy
Photo CNDP – Flickr

De très nombreux opposants au projet seront présents tout au long de la soirée et feront le choix de ne pas entrer dans la salle de réunion : conformément à leurs craintes, le débat avait montré que le temps de parole était largement en faveur des « officiels » (élus, représentants des chambres d’agriculture, du commerce et autres) jamais interrompus dans leurs prises de parole. A l’inverse, les opposants étaient fréquemment invités à raccourcir leurs interventions : cet ultime « débat » ne leur apprendrait rien de plus. A l’intérieur, les pro-Center parcs, avaient revêtus un tee-shirt vert (élus compris) : du greenwashing avant l’heure ? !

A l’issue du débat, il est indiqué que P&V rendra sa décision peu après janvier 2016.

21 septembre 2015 : en vue de la COP 21, le Collectif Geai du Rousset, Le Pic Noir et PCSCP, adressent une lettre à Nicolas Hulot – chargé de mission par le Président Hollande à la COP 21 – l’alertant sur les méfaits des projets Center parcs sur l’environnement et le climat. Ce courrier reste sans réponse.

9 octobre 2015 : en marge de la COP 21 : le Train du Climat à Dijon.

Une douzaine de personnes du Geai du Rousset et du Pic Noir se sont rendues à la rencontre du train du climat à Dijon. Distribution de tracts.

14 octobre 2015: PLU : clôture de l’enquête publique sur le PLU.

27 octobre 2015 : Réunion entre les élus des communes de Marizy et du Rousset avec le Préfet, le Sous Préfet et la Presse. Objet de la rencontre : fusion des 2 communes.

3 novembre 2015 : conférence de presse de la CNDP. Présentation du Compte-rendu du débat public établi par la présidente de la commission particulière du débat public (Claude Brevan) et du Bilan du débat public dressé par le président de la Commission nationale du débat public (Christian Leyrit), une synthèse des échanges lors des différentes réunions de ces derniers mois et sur le Net : le débat public s’est trouvé confronté à 3 difficultés majeures.

  1. La place du débat public dans le calendrier du projet et dans les agendas électoraux.
  2. Une maîtrise d’ouvrage complexe
  3. Soumettre au débat public un projet peu malléable.

On a vu que s’opposaient 2 visions du monde radicalement différentes. Inconciliables.

26 novembre 2015 : envoi d’une lettre à E. Macron, Ministre de l’économie. Pour mémoire : le 6 août 2015, a été votée la loi Macron. L’article 28 de cette loi, grâce à un lobbying efficace d’investisseurs privés, est amendé et permet à ceux-ci de s’affranchir des mesures environnementales. En effet, cet article habilite le Gouvernement à prendre des ordonnances en vue de réformer le droit de l’environnement en simplifiant à outrance les règles d’urbanisme pour réduire les délais des projets.  Cette réforme du droit de l’environnement, qui ne tient pas compte du droit européen, de la participation large des territoires et du débat parlementaire aboutira à l’inflation de nouvelles normes dues à la multiplication des régimes particuliers, pour faire plaisir aux intérêts particuliers des porteurs de projets. C’est pourquoi le Geai du Rousset et Le Pic Noir, après avoir appris tardivement la visite, le 3 septembre 2015, de G. Brémond à Bercy, avec E. Macron (alors Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique) adressent, le 26 novembre, une lettre ouverte par laquelle elles réitèrent leur demande de suppression du Censi-Bouvard et autres avantages fiscaux concédés, mais alerte également sur les dangers qu’il y a à s’affranchir de lois environnementales pourtant bien insuffisantes. Notons également la visite de G. Brémond au Ministre du budget, Jérome Cahuzac, le 30 octobre 2012.

Décembre 2015 : à Paris se déroule la COP 21. Présence des opposants au projet de Center Parcs sur les marchés de Saône-et-Loire, avec tracts et banderoles.

Center Parcs: Danger pour le climat!

La COP 21 s’invite à Cluny (71) par ELA 71

16 décembre 2015 : lors du dernier Conseil municipal de l’année, à une voix près, la fusion des deux communes est votée.

Les membres de l’Association de Défense des Intérêts de Le Rousset (ADIR). ont organisé un rassemblement pour accueillir les autorités et les élus, et manifestent dehors. L’association déposera très vite un recours contre cette fusion.

Parallèlement, le Conseil municipal approuve le Plan local d’urbanisme et le plan de zonage assainissement.

 

2016 

4 février 2016 : Conférence à Buxy de Pierre-Emmanuel Scherrer, ancien gestionnaire financier à la banque BNP-Paribas au Luxembourg et enseignant en économie et gestion des entreprises : « Le hold-up de Pierre et Vacances sur les finances des collectivités publiques ». Salle comble avec plus de 250 personnes, très largement opposées au projet Center parcs. De nombreuses interventions. Michel Neugnot, vice-président du Conseil régional, réaffirmera néanmoins la position du Conseil régional (JSL 5 février 2016)

25 février 2016: le Comité Départemental de Protection de la Nature (CDPN) dépose un recours contentieux contre le PLU du Rousset. Un autre recours gracieux, puis contentieux, soutenu par l’association Savoir Comprendre Agir (SCA), est également déposé par des habitants du Rousset contre ce PLU.

3 mars 2016 : P&V, Département et Région se retrouvent à Mâcon pour une réunion à huis clos à la préfecture. Des militants anti-center parcs se sont rassemblés devant les portes de l’Hôtel du département juste avant la table ronde. Même la presse n’est pas conviée.

3 mai 2016 : Le Pic Noir et le Collectif Geai du Rousset rencontrent la Présidente de Région Bourgogne-Franche-Comté à Besançon, au cours de laquelle Marie-Guite Dufay s’engage, dans une démarche de transparence, à communiquer toutes les études. Nous  y apprendrons que, suite à la loi NOTRe, il est question de créer une SEM commune aux 2 projets jurassien et saône et loirien. Ce changement remet en question le financement des projets.

Printemps 2016: est créée la Coordination Ni Ici Ni Ailleurs  (NINA), regroupant des mouvements d’opposants tels que le collectif du Geai, Le Pic Noir et Roybon).

24 juin 2016 : Rassemblement devant le siège du Conseil régional à Dijon, organisé par Le Pic Noir et le Collectif, suivi d’une rencontre avec Patrick Ayache, Vice-président au Conseil régional (en charge de l’action européenne et internationale, du contrat de plan, de l’attractivité, du tourisme et de l’export) qui promet la transparence sur les études en cours, dont celle du cabinet Latournerie-Wolfrom retenu par le Conseil régional sur ce montage financier.

3 septembre 2016 : est créée l’association EcoLogicAction71 qui « s’inscrit dans la vaste mobilisation contre les Center parcs de Bourgogne-Franche-Comté, et d’une façon plus générale contre les projets nuisibles à l’environnement et au climat. Elle souhaite également promouvoir un développement écologique du territoire soucieux de la préservation des ressources naturelles et d’un mode de vie plus sobre.

Composée de personnes d’horizons divers, la spécificité d’EcoLogicAction 71 est, d’une part, la diffusion d’information à la population, et d’autre part, l’analyse indépendante des études environnementales, juridiques et financières des projets. Son objectif est de contribuer à faire vivre le dialogue environnemental en Bourgogne-Franche-Comté et de veiller à la transparence promise par les élus, particulièrement sur les engagements financiers pris par les pouvoirs publics avec l’argent de nos impôts »

22 septembre 2016: à Lons-le-Saunier: en présence de nombreux journalistes, 120 opposants – toutes organisations confondues – se retrouvent devant le siège du Conseil Départemental durant la rencontre entre les élus et P&V. Rien ne filtrera vraiment de cette réunion si ce n’est que P&V maintient sa volonté de réaliser les 2 projets, poursuit les études et attend la fin des recours sur le PLU pour le Rousset.

Mobilisation contre Center Parcs Lons-le-Saunier 22/09/2016

Devant le Conseil départemental du Jura à Lons-le-Saunier le 22/09/2016
Photo ED – EcoLogicAction71

Ici et ailleurs, les différents groupes d’opposants (CAPEN 71, Le Pic Noir, le collectif Geai du Rousset, CJOCP, EcoLogicAction71, Coordination NINA…) collaborent et se retrouvent à chaque rencontre significative entre élus, P&V, Préfet….

16 décembre 2016 : Manifestation devant le Conseil Régional à Dijon. Plusieurs groupes d’opposants aux projets de Center Parcs sont présents et 2 associations sont venues les soutenir. Citons : le Pic Noir, EcoLogicAction 71, le collectif Geai du Rousset, EELV, CDPN, Arpent… Monsieur Ayache, vice-président au Conseil régional, reçoit les représentants du Pic Noir, d’EcoLogicAction 71 et du CDPN.

Opposants aux Center Parcs devant le Conseil régional de Dijon le 16/12/2016

Devant le Conseil régional de Dijon le 16/12/2015, les opposants aux Center Parcs réclament la transparence sur l’accord de financement par la Région.
Photo par EcoLogicAction71

 

Janvier 2017 : Les études des cabinets Latournerie-Wolfrom, Finance Consult et Axequo, commanditées par la Région, sont communiquées au Pic Noir et à EcoLogicAction 71, assorties d’une clause de confidentialité.

Respectant cette clause, nous avons néanmoins travaillé à partir de ces études et  remarqué que l’étude la plus sérieuse a le plus grand mal à démontrer la notion d’intérêt général, et ce en dépit de périlleuses  acrobaties juridiques.

L’une des études montre que tous les parcs d’attractions aquatiques sont déficitaires et déplore l’impossibilité d’obtenir de PV-CP les éléments nécessaires pour produire un travail sérieux.

4 avril 2017 : La Chambre régionale des comptes de Bourgogne-Franche-Comté publie son Rapport d’observations définitives établi à la suite de l’examen de gestion du Département de la Saône-et-Loire (exercices 2009 et suivants). Le rapport recommande que soit réalisée une étude complète et détaillée de l’attractivité et de l’impact économique et financier du projet Center parcs.

Juin 2017 : EcoLogicAction 71 et le Pic Noir adressent un questionnaire aux élus de la Région et des départements 71 et 39. Ce questionnaire en 10 points ne recevra aucune réponse, exception faite de celle, totalement hors-sujet, d’une élue du Conseil régional

17 juillet 2017 : La Présidente de la Région BFC, Marie-Guite Dufay, en guise de réponse à ce questionnaire, se borne à réitérer les trois points de vigilance (écologique, économique, et de « concertation forte avec la population locale) qui seront les siens sur ce sujet. Mais rien, absolument rien sur le fond.

26 juillet 2017 : Lettre ouverte à Marie-Guite Dufay, suite à un récent rapport de la DGCCRF et d’un reportage « Complément d’enquête » diffusé sur France 2 le 13 juillet. Ce même courrier est également adressé à Monsieur Accary, Président du Département de Saône-et-Loire. Voir extraits de « Complément d’enquête »: Comment P&V s’est fait subventionner par l’Etat , Center parcs: un nouveau service public, selon J.-P. Raffarin , Résidences de tourisme: une propriétaire « prise en otage » par le système Pierre & Vacances .

14 septembre 2017 : Suite à l’absence de réponse au questionnaire envoyé en juin à tous les élus de BO-FC, par un communiqué de presse, EcoLogicAction 71 annonce une campagne d’information auprès des citoyens et distribuera ce questionnaire dans des milliers de boites aux lettres afin que les citoyens de Cluny, Charolles, Digoin, Paray-le-Monial, Gueugnon, Salornay-sur-Guye, Saint Bonnet-de-Joux soient au courant de cette interpellation de leurs élus sur des questions cruciales. Nous recevrons un appel téléphonique, d’un maire outré d’avoir été ainsi interpellé au vu et au sus de tous ses administrés, mais…pas même un balbutiement de réponse à nos questions. Donc, sur le fond, nos décideurs n’ont toujours rien à dire.

13 octobre 2017 : EcoLogicAction 71 et le Pic Noir lancent un appel à un rassemblement devant le siège du Conseil régional B-FC à Dijon, le 13 octobre : « Il est temps de tourner la page des Center parcs ».

Par un communiqué de presse, les deux associations exhortent le Conseil régional B-FC à abandonner définitivement tout projet de financement public des Center Parcs.

Rassemblement à Dijon le 13 octobre 2017 – Photo ELA 71

22 novembre 2017 : Un groupe d’élus, emmenés par Monsieur Ayache, visitent le Center parcs Hauts des Bruyères, et devaient en rapporter des chiffres : taux d’occupation, taxes de séjour, emplois, retombées économiques et fiscales… Nous verrons plus loin ce qu’il en est (voir communiqué de presse d’EcoLogicAction 71 du 7 juin 2018).

23 novembre 2017 : Hervé Bellimaz, à l’invitation de notre association, donne une conférence intitulée « Center parcs : derrière le masque… » à la MJC Héritan à Mâcon, et présentera son livre : Pierre et Vacances-Center Parcs, Une machinerie. Pour quoi ? Pour qui ?

12 février 2018 : Alertée par un document anonyme (DVD) mais indiscutable, l’association Savoir-Comprendre-Agir (SCA) révèle le tour de passe-passe consistant à faire passer en ZNIEFF 2, tout le périmètre convoité par Pierre et Vacances-Center Parcs, et initialement classé en ZNIFF 1 par les scientifiques.

EcoLogicAction 71, aux côtés de SCA, et de bien d’autres, participe à la conférence de presse dévoilant ces « manipulations ». Tous exigent une requalification de cette zone en ZNIEFF 1.

EcoLogicAction 71 envoie un communiqué de presse à cet effet.

7 juin 2018 : Par voie de communiqué de presse, EcoLogicAction 71 fait savoir que, face à l’immobilisme et au mutisme de la Région, elle suspend sa participation aux réunions.

17 juillet 2018 : Le Tribunal de Dijon rejette les recours de SCA et du CDPN contre le PLU du Rousset.

17 septembre 2018 : Le CDPN fait appel.

29 septembre 2018 : EcoLogicAction 71 rouvre le débat sur le tourisme: Conférence de Gilles Béville  (voir communiqué de presse).

À l’occasion de la manifestation Alternatiba, les 29 et 30 septembre 2018 à Cluny, notre association a invité Monsieur Gilles Béville, président d’ATES (Association pour un Tourisme Équitable et Solidaire) pour une conférence intitulée : « Quelles alternatives à l’évolution du tourisme ? »

Cette conférence fera quasiment salle comble, et les autres conférences et ateliers ne seront pas en reste. Cette journée Alternatiba sera un franc succès. Environ 2500 personnes présentes sur 2 jours.

30 octobre 2018 : dans un communiqué, EcoLogicAction 71 dénonce l’abandon du PLU par la commune de Le Rousset-Marizy.

14 décembre 2018: premiers coups de pioche pour le future Center Parcs du Lot-et-Garonne